lundi 20 juin 2011

"Mais Kriola" : Hélio Matheus et sa super-production samba-rock


Il suffit parfois d'une paire de titres pour entrer à la postérité. Ces mêmes titres ne vous assureront peut-être pas une rente à vie mais ils continueront à figurer dans les anthologies et compilations du genre plusieurs décennies après leur création. C'est le cas du "Mais Kriola" de Hélio Matheus, devenu un hymne du samba-rock, à moins que ça ne soit du samba soul, voire de la MPB, ou appelez ça comme vous voulez. En tout cas, un standard qui fait partie du répertoire de tout groupe creusant ce sillon. Parmi les reprises de ce titre, vous pouvez écouter les versions qu'en ont proposé le Trio Mocotó ou le Clube do Balanço.


Si nous parlons d'Hélio Matheus aujourd'hui, c'est à la manière d'un marabout d'ficelle, nous rebondissons simplement sur un de nos récents posts brésilien : ce "Juazeiro" d'Orlandivo et João Donato accompagné par la rythmique d'Azymuth... L'occasion de présenter le titre d'un autre artiste ayant lui aussi bénéficié du soutien du célèbre groupe jazz-funk, référence brésilienne en la matière. C'est donc Azymuth qui fait office de "bout d'ficelle", simple prétexte pour aborder un titre fétiche. Il est d'ailleurs évident que l'attrait de "Mais Kriola" repose en grande partie sur la patte aux claviers de Bertrami, crédité ici comme Zé Roberto.

Si "Mais Kriola" peut effectivement être rattaché au style samba rock, soul, ou suingue, etc..., ou quelques autres titres, on ne peut pas dire pour autant qu'Hélio Matheus fasse réellement partie de ce mouvement, ses sources d'inspiration étant plus variées. En raison de son goût pour les ballades, on pourrait le rapprocher d'un autre artiste associé au samba soul, Hyldon.

"Mais Kriola" figure sur le premier album d'Hélio Matheus, Matheus Segundo Matheus, sorti en 1975. Une des particularités de celui-ci est qu'il s'agit d'une véritable super-production avec un générique aussi étendu que celui d'un peplum, ou pour faire plus moderne, d'un film d'animation en 3D.

Le samba-rock, ou suingue, est né dans les périphéries de Rio et São Paulo. C'est une musique de danse, populaire, enregistrée le plus souvent sans fioritures ni gros budget. Certes, des vedettes émergèrent bénéficiant de plus de moyens mais aucun n'avait bénéficié de ceux d'Hélio Matheus. "C'est le disque le plus cher jamais sorti par RCA Brésil, encore jusqu'à aujourd'hui. Il y avait des dizaines de musiciens, des orchestres, ils étaient tellement nombreux que leurs noms ne tenaient pas tous sur la fiche technique", déclarait-il il y a quelques années. Il précisa même leur nombre : 128 musiciens participèrent à l'enregistrement de l'album.

Outre les membres d'Azymuth, on retrouve Luis Vagner "Guitarreiro", Márcio Montarroyos, trompettiste de renom (qui fit également partie de la Turma da Pilantragem), etc, etc... et Oberdan Magalhães saxophoniste et flûtiste, fondateur de Banda Black Rio, semble-t-il en charge de la production.

Hélio Matheus n'était pourtant pas une vedette installée pour jouir de pareil traitement de faveur avec cet effectif pléthorique de musiciens. Matheus Segundo Matheus était donc son premier album, alors qu'il avait déjà trente-cinq ans.


C'était peut-être ses débuts sur disque mais cela faisait déjà une vingtaine d'années qu'il participait à la scène musicale brésilienne, principalement à Rio, hormis une parenthèse paulista. Ataulfo Alves le prit sous son aile et lui ouvrit son réseau. Certaines compositions avaient déjà trouvé le succès grâce d'autres interprètes. Ses plus grands succès sont "Boi de Cara Branca" parce qu'il figurait dans la novela O Astro, en 1977, "Comunicação", repris par Elis Regina en 1970 sur son album Em Pleno Verão, et "Camisa 10" par Luiz Américo, en 1973. Celle-ci donna même son titre à l'album de celui-ci, en 1973. La chanson, co-écrite avec Luis Vagner, eut beaucoup de succès, elle parlait de football et tressait des louanges à la Seleção et ses meneurs de jeu de légende, alors que le Brésil venait d'être tricampeã en 1970. Il en donne sa propre version sur ce premier album, mêlé en une sorte de medley à "Comunicação". Quant à "Comunicação" justement, Elis Regina l'avait probablement découvert par la voix de Vanusa qui l'interpréta lors du Festival da Música Popular Brasileira de 1969 et se classa troisième. Pour Hélio Matheus, la vraie surprise fut de découvrir qu'Elis Regina s'appropriait le morceau. Il était allongé dans sa chambre à écouter la radio quand il entendit les premières notes du morceau avec lequel Elis ouvrit les concerts de sa nouvelle tournée. Mieux encore, elle le rejoua lors du final ! Il se rendit alors au Canecão où elle se produisait, accéda aux loges pour la rencontrer et qu'elle le félicite pour les belles boucles de ses cheveux ! A signaler que sur son album, il mêle ses deux succès en un seul titre.

Aujourd'hui septuagénaire, Hélio Matheus a plus de cinquante ans de carrière. Il se produit encore parfois sur scène et ses prestations sont, paraît-il, intenses. Mais depuis les années soixante-dix, le succès l'a abandonné. Vingt ans après son premier et unique album, en 1996, il en sortit un nouveau, dans l'anonymat le plus total, alors que son titre l'annonçait pourtant renaître de ses cendres, Renascendo. C'est dommage pour lui mais ce n'est déjà pas donné à tout le monde d'avoir écrit une poignée de titres qui soient parvenus à traverser les époques jusqu'à nous.

Si "Mais Kriola" sonne résolument de son temps, à fond 70's, il n'a cependant rien perdu de son éclat. Mais pourquoi donc me casser la tête à présenter ce "Mais Kriola" quand Ed Motta a déjà tout résumé en un simple tweet ? "Hélio Matheus e um samba funky ultra deep com o J.R.Bertrami pilotando os synths". Samba funky ultra deep, c'est exactement ça !

Hélio Matheus, "Mais Kriola", Matheus Segundo Matheus (1975) mp3 320

_____________________________

Alors qu'il ne figure même pas dans le Dictionnaire Cravo Albin, pour trouver une présentation détaillée de son parcours, la meilleure source que j'ai trouvé est un article publié par Rockwave à l'occasion de ses cinquante ans de carrière, en 1997.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire